Elie Bernheim - Table pour trois à New York


Quatrième de couverture

« Elle sait tout de lui…

Il a son jardin secret…

Elle ne devrait pas se fier aux apparences…

Gabriel et Norah s’aiment depuis dix ans. Il est l’étoile montante de la gastronomie française – elle est une talentueuse trompettiste.

Parallèlement à leurs carrières, ils ont édifié une forteresse de tendresse et d’amour autour de leurs deux enfants. Une vie parfaite… ou presque… »


Présentation

Table pour trois à New York me faisait de l’œil depuis un petit moment à la librairie. S’immiscer dans l’histoire d’un couple, c’est tout à fait le genre de livre qui me plaît. Et ce livre s’y prête parfaitement.


Dans ce roman, Elie Bernheim aborde les thèmes de l'amour fusionnel, de la confiance et de la communication. En effet, Gabriel et Norah, couple marié et comblé par leur travail respectif, ont tout pour avoir une vie heureuse. Toutefois, la proximité d’Alicia avec Gabriel, cheffe dans le restaurant de celui-ci, sème un doute dans l’esprit de Norah quant à leur relation. C’est sans compter sur les cachoteries de Gabriel que Norah découvre au fil des pages.


L’écriture d’Elie Bernheim est, certes très simple, mais elle n’en est pas moins intelligente : en nous faisant suivre l’histoire au travers chacun des personnages, nous découvrons chaque fois un nouveau point de vue et donc, une version différente de l’intrigue entre Gabriel, Norah et Alicia. Par ailleurs, le roman démarre comme étant histoire d’infidélité, somme toute assez classique en littérature, mais au fil des pages, l’auteur sème des indices quant à cette relation entre Gabriel et Alicia et laisse place au doute : est-ce réellement une simple histoire de tromperie ? Ainsi, Elie Bernheim nous fait réfléchir sur la question de la confiance, mais également sur la communication, primordiale dans un couple, même marié depuis plus de dix ans.


« Norah – 19 septembre 2017 – New Port
J’aimerais que ces trois jours ne se terminent jamais tellement ce lieu est paisible et synonyme d’insouciance. Les enfants ne se lassent pas de jouer sur la plage où des rouleaux s’échouent dans un immense vacarme. Les goélands sont balancés ici et là, mais finissent toujours par retomber sur leurs petites pattes. Si seulement c’était aussi simple pour les êtres humains.
Je me plonge dans un roman pendant que Gabriel dort paisiblement. Il me manque et, pourtant, je me trouve seulement à quelques centimètres de lui. »

Habituellement, la narration dans un roman est linéaire, c’est-à-dire qu’elle va d’un point A à un point B, revenant parfois en arrière grâce à des « flashbacks ». Ici, ce n’est pas du tout le cas, et justement, la narration m’a de prime abord un peu surprise et perdue. En effet, il est rédigé sous forme de journal intime, où chacun des personnages nous fait part de son point de vue sur les événements et le déroulement de l’histoire. Ainsi, les dates s’entrecroisent et l’intrigue revient, avance, les passages lus précédemment se retrouvent une dizaine de pages suivantes. Passé le premier abord, j’ai beaucoup apprécié ce type de narration, permet de laisser place aux sentiments, aux impressions des différents personnages et permet de voir l’action dans son ensemble. Comme les plans d’un architecte en quelque sorte.


Jusqu’aux dernières pages, l’auteur nous tient dans son récit, grâce aux indices qu’il dissimule sur la relation entre Gabriel et Alicia, et grâce également à cette narration relativement particulière, qui vous plonge dans les pensées de tous les protagonistes, en attendant le dénouement final.


Avis

Cette lecture a été pour moi relativement divertissante, car j’ai beaucoup apprécié le sujet (je l’ai dit plus haut, j’adore les histoires de couples) mais également la narration « journal intime », qui permet d’avoir une vue d’ensemble sur l’intrigue. Toutefois, je dois avouer avoir été un peu moins convaincue par, justement, cette écriture un peu simpliste, même si c’est la narration qui le voulait, l’idée étant que chaque protagoniste raconte un peu pêle-mêle ses sentiments, ses actions, etc. Enfin, j’ai trouvé que le personnage de Norah était un peu inactif, dans le sens où elle s’interroge (évidemment) sur la relation entre Gabriel et Alicia, sans pour autant qu’elle agisse. Il faut attendre le milieu du livre avant qu’elle ne confronte Alicia.


Somme toute, cette histoire me semble être parfaite pour les vacances, elle est sans prise de tête et accessible. Belle lecture !



Informations générales

Editeur: Slatkine

https://www.slatkine.com/fr/editions-slatkine/73913-book-05210983-9782832109830.html

Date de parution : mars 2020

Prix indicatif : Fr. 24.--

Nombre de pages: 290 pages


Pour aller plus loin: Interview d’Elie Bernheim, dans l'émission de la RTSVertigo, du 18 mai 2020 :

https://www.rts.ch/play/radio/vertigo/audio/elie-bernheim-table-pour-trois-a-new-york-slatkine?id=11296608

Rejoindre mes abonnés

© 2023 par l'Amour du livre. Créé avec Wix.com

  • Facebook
  • Instagram
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now